© 2019 par Le Texte Vivant, une marque de SE Publishroom Factory 

43, rue des artistes 75014 Paris, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

MERCI MONSIEUR LE JUGE !  

Gérard VINCENT

Gérard Vincent a passé, un vendredi après-midi, la porte des éditions Le Texte Vivant avec son manuscrit sous le bras.

Il me l’avait transmis par e-mail, dès le lendemain je le contactais pour le rencontrer. J’avais dévoré son manuscrit dans la soirée et une partie de la nuit, comme un polar, raconté à la Audiard, avec ce bagou des titis parisiens, cette énergie des intrépides, cette urgence des voyous qui croient à chaque instant vivre leur dernière heure.

L’homme est à la hauteur de son personnage, l’auteur digne d’être considéré comme un écrivain et l'histoire vraie incroyable.
Ces trente pages ne sont pas les meilleures, elles méritaient toutes d’être ici, mais puisqu’il faut faire en choix... . Enjoy !

Sabrina Grimaldi

QUELQUES MOTS DE L'AUTEUR

« Mon éditeur m’a bassiné le chignon pour que je me coltine ce baratin pour te filer l’envie de te farcir ce chef- d’œuvre de la littérature.

L’enculerie commence dans mon beau deux-pièces à six du mat, par une envolée de dix perdreaux du 36, de chez les Orfèvres. J’ai cru qu’ils s’étaient plantés d’étage. Et merde!... C’est bien ma pomme qu’ils sont venus emballer !

72 plombes à patauger dans les bégonias !

Après leur cinoche, sûr que j’allais m’arracher peinards, voilà qu’un juge d’instruction veut me baver à deux doigts des bacchantes. D’entrée, j’entrave que ce curieux est vraiment très curieux, sans me laisser jacter. Il me colle sous le pif un mandat de dépôt gratiné : « Association de malfaiteurs, bande organisée, extorsion de fonds, dans le cadre d’une enquête pour assassinat... » : un lascar a eu la mauvaise idée de se faire dessouder en plein Paname.

Au ballon, je m’acoquine avec des bronzés, qui n’ont pas bruni au soleil. À la première convoque de l’instructeur, j’entrave direct que ce gonze se barre grave de la caisse, il dévisse du chapiteau, il a des pépins dans le melon. L’avocat que je m’engorge n’est pas

mal non plus ; s’il existe un concours de nazes ou d’abrutis, sûr qu’il gagne !...

Obligé de m’allonger sur 40 piges d’intimité avec le parrain des parrains corses, qui a toujours tenu le paveton: François Marcantoni! L’homme était immense, immense! Il ne faut pas pousser la marguerite. Je vais pas me farcir non plus un chapitre !!!

T’as plus qu’à mettre la paluche dans ta fouille... !!! Et bon bouquinage. »

Gérard Vincent

Autobiographie

avril 2016

Format : 14 x 22,5 cm

Livre broché : 22€ - 440 pages - ISBN : 978-2367231136

Livre numérique : 4,99€ - ISBN : 978-2367231105

Disponible en librairie et en ligne